Las remirez qu'après respas serés Ne plus ne moins mon fait le vous figure Et recordés que vous trespasserez Et porterés comme moy la figure Comment beauté devient horrible après mort Las tant belle m'avoit faicte nature Que ma beauté les cueurs des beaulx perçoit Et ores n'est si laide creature. Qu'il n'est horreur si tost qu'il m'apersoit Comment beauté fault acoup

Et qui chastier la vorroit, 10329 Jamès de s'amor ne jorroit. Ainsi, compains, de vostre Rose Qui tant est précieuse chose, Que n'en prendriés nul avoir Se vous la poïés avoir, Quant vous en serés en sesine.

Nenny vous serés escouté Dire me povés hardiment Cy soubz le benedicité Vostre vouloir et pensement Aussy avons exprès serment De ne prendre ceans personne S'il ne desclere entierement La cause pour quoy il s'i donne L'amant

Item quant serés invité De disner en lieu ou en place Vous pour le benedicité Dirés a chascun prou vous face Et s'estiés aussy froit que glace Au feu ne vous bouterés Ne pour signe de joye qu'on face Vous ne vous en amourerés

Par ce songe poés entendre 6805 Qu'el vous vuet faire au gibet pendre; Et quant serés pendus au vent, Sans coverture et sans auvent, Sus vous plovra, biaus sires rois, Et li biaus solaus de ses rais Vous essuera cors et face. Fortune

De Kavala, le roi Ferdinand gagna Sérès, et de l

Et font charmes et sorceries, 9485 Et tant d'autres grans déablies, Que nus nes porroit recenser, Tant i séust forment penser? Toutes estes, serés, ou futes, De fait ou de volenté putes ; Et qui bien vous encercheroit, Toutes putes vous trouveroit: Car qui que puist le fait estraindre, Volenté ne puet nus contraindre.

C'est ce que je ferai quand vous serés tous auprès de moy. Croyés, en allendant, que je ne suis point changé pour vous, et que je suis dans les sentiments que vous pouvés désirer

Cist portiers, c'est chose séure, Sunt de si piteuse nature, Que se vos dons daignent reçoivre, Il ne vous vodront pas deçoivre. Sachiés que recéus serés Après les dons que vous ferés. Puis qu'il prennent, c'est chose faite, Car si cum li loirres afaite Por venir au soir et au main Le gentil espervier

Le fort n'est pas la voulenté Ainçois a la vertu que aurés Et sachés que serés tempté Par mains assaux que recevrés Peine et misere trouverés En lieu de joye et de plaisance Quand vouldrés menger junerés Qui est tresdure penitance L'amant