Les deux amis reprirent leurs chapeaux, après en avoir secoué l'humidité; et, donnant quelques coups de pied aux tisons pour les éteindre, ils quittèrent la tour en se tenant par le bras. Leurs voix se perdirent dans l'éloignement, et les échos du vieux manoir cessèrent bientôt de répéter le faible bruit de leurs pas sur l'herbe mouillée du préau.

Quelles clartés, reflets d'étoiles ou de lampes, Allongent dans les yeux de lumineuses rampes? Est-ce un feu du dehors? Est-ce un feu du dedans? D'un âtre intérieur plein de tisons ardents, Ou d'une rue, au loin, pleine de réverbères Qui se mirent dans les yeux sombres chaque soir Et leur sont comme des parures viagères?

«Remarque les tisons, et tu conviendras qu'il y a de belles choses, et qu'

Le champ de bataille, était jonché de masques, de tisons éteints, de torches brisées, de cornes fracassées; les fuyards jetaient bas leurs peaux de bêtes pour courir plus vite, plusieurs saignaient du nez et se barbouillaient toute la figure en voulant s'essuyer; quelques poignets furent foulés, quelques os meurtris, quelques cervelles étonnées; il n'est point de victoire sans carnage, quand c'est la force qui triomphe! frère Jean avait vraiment l'air d'un Alcide. Rouge et le front ruisselant d'une noble sueur, les yeux étincelants d'éclairs, la bouche superbe et souriante de dédain, il respectait la vigne souffrante dans les plus grands efforts de sa colère, et sachant diriger ses coups pour ne pas atteindre la jeune anche

Au récit de ce diabolique projet je voyais les yeux de l'indienne briller comme des tisons ardents

Pas de front: les cheveux dans les sourcils; au sein de tout ce poil, des yeux saignants, ardents, comme deux tisons dans un maquis. Vite! Vite! me dit mon compagnon, il y a deux places, l

La Meslin! s'ecria-t-il, le coquin a estropie ton homme! pour la vie: il faut que les femmes s'en melent... S'il n'etait pas si maigre, je vous dirais que c'est Cadoudal en personne. Je parie ma tete a couper qu'on le payera mille ecus a la prefecture... Prenez les tisons du foyer, mes mignonnes! Brulons-le! quand on devrait mettre le feu a la maison!

La jeune fille, un peu craintive et frissonnante, s'approcha de la cheminée, écarta le garde-feu, raviva les tisons qu'on avait couverts de cendres, puis elle alluma une lampe avec précaution, comme si elle maniait un engin destructeur.

«Quand le bûcheron a rapproché l'un de l'autre les tisons de la veille, engourdis dans la cendre; quand le copeau et la branche sèche petillent dans la flamme, le rouge-gorge accourt en chantant pour prendre sa part du feu et des joies du bûcheron.

Ils emplissent de bois sec, pour brusler en hyver, tout le dessous de ces establies, qu'ils appellent Gayihagneu &Eindichaguet: mais pour les gros troncs ou tisons appelles Aneintuny, qui servent