Et le cavalier Gérennien Nestôr lui répondit: Atréide Agamemnôn, très illustre roi des hommes, le prudent Zeus n'accordera peut-être pas

Et le cavalier Gérennien Nestôr lui répondit: Certes, Atréide, je voudrais être encore ce que j'étais quand je tuai le divin

Et ceux qui habitaient la ville forte et bien bâtie de Mykènè, et la riche Korinthos et Kléôn; et ceux qui habitaient Ornéia et l'heureuse Araithyréè, et Sikiôn régna, le premier, Adrèstos; et ceux qui habitaient Hipérèsia et la haute Gonoessa et Pellèna, et qui vivaient autour d'Aigion et de la grande Hélikè, et sur toute la côte, étaient commandés par le roi Agamemnôn Atréide. Et ils étaient venus sur cent nefs, et ils étaient les plus nombreux et les plus braves des guerriers. Et l'Atréide, revêtu de l'airain splendide, était fier de commander

Ayant ainsi parlé, il déposa sa chevelure entre les mains de son cher compagnon, augmentant ainsi la douleur de tous, et la lumière de Hélios fût tombée tandis qu'ils pleuraient encore, si Akhilleus, s'approchant d'Agamemnôn, ne lui eût dit: Atréide,

Et le sage Odysseus, le regardant d'un oeil sombre, lui dit: Atréide, quelle parole mauvaise a passé

Et le divan Akhilleus aux pieds rapides lui répondit: Très orgueilleux Atréide, le plus avare des hommes, comment les magnanimes Akhaiens te donneraient-ils un autre prix? Avons-nous des dépouilles

Et Hélénè, la divine femme, lui répondit: Tu m'es vénérable et redoutable, père bien-aimé. Que n'ai-je subi la noire mort quand j'ai suivi ton fils, abandonnant ma chambre nuptiale et ma fille née en mon pays lointain, et mes frères, et les chères compagnes de ma jeunesse! Mais telle n'a point été ma destinée, et c'est pour cela que je me consume en pleurant. Je te dirai ce que tu m'as demandé. Cet homme est le roi Agamemnôn Atréide, qui commande au loin, roi habile et brave guerrier. Et il fut mon beau-frère,

Et je pleurai en le voyant, plein de pitié dans mon coeur, et je lui dis ces paroles ailées: Atréide Agamemnôn, roi des hommes, comment la kèr de la dure mort t'a-t-elle dompté?

Ayant ainsi parlé, il s'assit. Et le héros Atréide Agamemnôn, qui commande au loin, se leva, plein de douleur; et une noire colère emplissait sa poitrine, et ses yeux étaient pareils

Et le prudent Tèlémakhos lui répondit: Atréide Ménélaos, nourrisson de Zeus, prince des peuples, je viens afin que tu me dises quelque chose de mon père. Ma maison est ruinée, mes riches travaux périssent. Ma demeure est pleine d'hommes ennemis qui égorgent mes brebis grasses et mes boeufs aux pieds flexibles et aux fronts sinueux. Ce sont les prétendants de ma mère, et ils ont une grande insolence. C'est pourquoi, maintenant, je viens